Catherine Leroy, photoreporter de guerre

Première femme lauréate de la médaille d’or Robert Capa en 1976, Catherine Leroy (1944-2006) était une photographe et une correspondante de guerre française qui a vécu aux Etats-Unis. Admise dans le cercle restreint et très masculin des correspondants de guerre à l’âge de 20 ans, elle a notamment couvert la guerre du Vietnam de 1966 et 1968 et les conflits du Liban en 1976 et 1982. Entreprenante et intrépide, cette femme menue à l’apparence fragile s’est toujours trouvée au coeur de l’action. Prisonnière de l’armée nord-vietnamienne en 1968, elle en a rapporté un reportage qui fera la Une du magazine américain Life. En exposant ses photographies, la médiathèque George Sand rend hommage non seulement à la photoreporter mais également à une Enghiennoise au destin hors pair.

En 1966, Catherine Leroy se rend au Viêt Nam pour y couvrir la guerre. Elle est incorporée en 1967 au sein de la 173th Airborne pour assister à l’opération « Junction City ». Elle est blessée durant le combat. En 1968, elle est capturée par l’armée Vietcong qui lui laisse prendre des photos durant sa détention. Elle réussit à s’évader et emmener avec elle ces documents rares consacrés à l’autre belligérant. Les photos apparaitront plus tard sur la couverture du magazine Life. Son nom fut un temps lié à celui du marine Vernon Wike qu’elle avait photographié sur une colline dévastée, le regard perdu, la main sur un homme mort. Ces images poignantes d’un homme qui essaye vainement de ranimer son camarade mort sont restées célèbres. En 1972, elle réalise le film « The Last Patrol » qui retrace l’histoire du mouvement contre la guerre du Viêt Nam. Pendant les années 1970, elle se rend dans divers pays en guerre : Somalie, Afghanistan, Libye, Iran, Irak, et Liban. En 1976, elle est la première femme à recevoir le Prix Robert Capa Gold Medal pour ses photos des combats de rue à Beyrouth lors de la guerre du Liban.

Elle est morte le vendredi 7 juillet 2006 des suites d’un cancer à Los Angeles où elle vivait. Son ami, le photographe Alain Valtat, qui a travaillé avec elle, lui a rendu un hommage dans un article. Elle n’avait pas oublié de rendre hommage elle-même à ceux qui devant ou derrière l’objectif, s’étaient battus au Viêt Nam.

Catherine Leroy, photoreporter de guerrepierremmanuel
0