Clichés de Bosnie

En 2004, Aurélien Ducoudray a suivi un convoi humanitaire qui se rendait en Bosnie. Bien des années après la fin de la guerre civile, il découvre une population démunie, qui se remet tant bien que mal de ce conflit, loin du regard des médias… En se mettant en scène, il signe un récit intime, souvent drôle, et bouleversant sur un drame qui a marqué la fin du XXe siècle.

Aurélien Ducoudray est entré en bande dessinée vers 2010. Auparavant, il pratiquait le métier de journaliste. Rédacteur, photographe, reporter TV, il a toujours été animé par son goût de raconter des histoires.

En 2004, le photographe de presse décide d’accompagner un convoi humanitaire en Bosnie-Herzégovine. Le pays se relève lentement d’une guerre terrible qui suivit sa déclaration d’indépendance en 1992. Neuf ans après les accords de Dayton, le pays n’a toujours pas effacé le souvenir de ce drame. Ses habitants tentent autant que possible une vie normale, même si leur quotidien dépend encore beaucoup des convois humanitaires.

Aurélien Ducoudray est bouleversé par ce voyage. S’il n’a pu obtenir de son travail l’exposition qu’il méritait, il décide d’en raconter les péripéties dans une bande dessinée. Il en confie le dessin à François Ravard. « Clichés de Bosnie » sort en 2013 chez Futuropolis. C’est une BD très dense – plus de 200 pages -mais aussi un ouvrage très émouvant. Les anecdotes amusantes des préparatifs et du voyage laissent place peu à peu à la tristesse et l’émotion. Le photographe rencontre les individus aux vies brisées par la guerre et au quotidien hanté par la peur. Le dessin, tout en nuances de gris, montre l’essentiel, et le scénario ne cherche aucun effet. Les deux racontent sobrement une histoire difficile en alternant les situations dramatiques et les plus cocasses.

Dans ses dernières pages, l’album propose les photographies qu’a réalisées Ducoudray lors de son périple. Elles sont en noir et blanc, fortes, et réputées inédites. Elles donnent un sens à la BD, soulignant la réalité de l’histoire. On découvre également les premières ébauches que le dessinateur François Ravard esquissa en 2011 lorsqu’il fit lui-même le voyage avant de travailler sur l’album.

« Clichés de Bosnie« , soutenu par Amnesty International, a reçu de nombreux prix et autant d’éloges. Le festival Crayonantes 2014 rend, à travers une exposition, un film et une conférence des auteurs, un nouvel hommage à cet ouvrage exceptionnel qui restera une œuvre majeure de la BD-reportage.

Scénariste : Aurélien Ducoudray
Dessinateur : François Ravard
Édition : Futuropolis
Format : 21,5 x 29 cm
Collation : 232 pages
Parution : 06 juin 2013
ISBN : 9782754806992

En 2004, Aurélien Ducoudray, photographe de presse dans un petit quotidien de province, décide d’accompagner un convoi humanitaire se rendant en Bosnie, en dépit du désintérêt manifeste de son rédacteur en chef. Ce livre, qui démarre sur le ton de la comédie, tant les protagonistes semblent être des « branquignols » raconte ce voyage, fait le portrait des volontaires du convoi et la découverte d’un pays encore blessé par la guerre fratricide qu’il a connu auparavant. L’ouvrage nous fera passer du rire aux larmes, car à la cocasserie de nombreuses situations s’oppose la dure réalité de ce pays dont la guerre a marqué la fin du XXe siècle. En complément du roman graphique, Aurélien Ducoudray propose les photos réalisées sur place et restées inédites, ainsi que quelques croquis pris sur place par François Ravard quelques années plus tard.

« Cette traversée de la Bosnie révèle les violences commises pendant les années de guerre. Des violences qu’Amnesty International n’a cessé de dénoncer et pour lesquelles elle exige désormais justice et réparations. Parce que la dignité des victimes l’exige et que l’impunité des auteurs de crimes de guerre est inacceptable ».

Clichés de Bosnie est publié en partenariat avec Amnesty International

Clichés de Bosniepierremmanuel