Hiroshi SUGIMOTO

“My dream was to capture 170,000 photographs on a single frame of film. The image I had inside my brain was of a gleaming white screen inside a dark movie theater. The light created by an excess of 170,000 exposures would be the embodiment or manifestation of something awe-inspiring and divine.”

Pierre Gonnord est un photographe et un portraitiste français né en 1963 à Cholet. Il travaille depuis 1988 à Madrid, Espagne

Hiroshi Sugimoto (杉本博司, Sugimoto Hiroshi), né le à Tokyo, est un photographe japonais partageant actuellement son temps entre Tokyo et New York. Son œuvre se compose de séries ayant chacune un thème différent mais partageant une logique semblable. Sugimoto est réputé pour son excellente technique photographique, centrée sur l’utilisation du format 8×10 pouces et des expositions extrêmement longues. Les aspects conceptuels et philosophiques de son travail sont tout aussi appréciés.

Sugimoto a commencé son travail par Dioramas, en 1976, une série dans laquelle il photographie des présentoirs dans des muséums d’histoire naturelle. Il s’intéresse au postulat culturel courant selon lequel les appareils photo montrent toujours la réalité brute, une hypothèse qui piège beaucoup de spectateurs, qui supposent par exemple que les animaux sur ses clichés sont vivants, jusqu’au moment où ils examinent les images avec attention. Sa série Portraits, commencée en 1999, est basée sur une idée semblable. Sugimoto photographie des figures en cire de Henry VIII et de ses épouses. Ces figures sont basées sur des portraits du XVIe siècle ; lors de la prise des clichés de cette série, Sugimoto essaye cette fois de recréer l’éclairage utilisé par le peintre.

Commencé en 1978, la série des théâtres l’a amené à photographier de vieux cinémas et drive-in américains. Sugimoto choisit d’exposer le film pendant toute la durée de la séance, le projecteur du cinéma fournissant l’unique source de lumière. L’écran lumineux et intensément blanc est au centre de la composition, les détails architecturaux et les sièges du cinéma devenant les seuls sujets de ces photographies. L’unique source de lumière donne à ces travaux un aspect irréel et donne à Sugimoto l’occasion de montrer le temps qui passe au travers de la photographie, technique de l’instantané.

 

Œuvres

  • 1976 : Polar Bear, à la Kunsthalle de Bielefeld.
  • 1994 : Earliest Human Relatives, à la Kunsthalle de Bielefeld.
  • 1997 : Seagram Building. Mies van der Rohe, à la Kunsthalle de Bielefeld.
  • 1998 : Villa Savoye. Le Corbusier, à la Kunsthalle de Bielefeld.

Récompenses

  • 2001 : Prix international de la Fondation Hasselblad
  • 2009 : Praemium Imperiale
Hiroshi SUGIMOTOpierremmanuel