l’instant du cri

19 décembre 2016 : c’est le vernissage de l’exposition de photographies «La Russie vue par les Turcs» dans une galerie d’art d’Ankara.

Un homme vêtu d’un costume sombre, d’une chemise blanche et d’une cravate hurle, l’index de sa main gauche pointant vers le ciel et tenant dans sa main droite un revolver braqué vers le sol. Sur sa gauche à ses pieds gît sur le dos, les bras en croix, un autre homme également en costume sombre ; on ne voit pas son visage. C’est Andreï Karlov, l’ambassadeur de Russie en Turquie. Il vient d’être abattu par Mevlüt Mert Altintas, un jeune policier de 22 ans, celui-là même qui tient encore l’arme du crime dans sa main droite.

La photo de Burhan OZBILICI, entre dans la légende et va faire partie des chefs-d’œuvre de l’histoire de la photographie de reportage. Elle vient d’être récompensée par le World Press Photo 2017.

Quoiqu’il en soit, Mevlüt Mert Altintas pourrait rester dans l’histoire comme favori au concours du terroriste le plus disco de l’hitstoire :

l'instant du cripierremmanuel