NICCA III

 

La compagnie Nicca, dont le nom initial était Kogaku Seiki Sha, fut fondée en 1940 par d’anciens salariés de la société Seiki Kogaku, laquelle devint par la suite, CANON. Elle se spécialise dans la fabrication de télémètres et autres accessoires optiques. En 1941, le Ministère de la guerre du Japon, demande à la jeune société de travailler sur un projet d’appareil photo qui reprendrait les caractéristiques techniques du Leica III. Il ne faut pas oublier l’étroite collaboration qui existait entre l’Allemagne et le Japon en matière scientifique et technique. La recherche et le développement se firent très rapidement et sans encombre. Des 1942, sortirent le premier appareil de l’usine : Le Nippon.

Mais le Japon de l’empereur Hirohito toute comme l’Allemagne d’Hitler, perd la guerre.

L’occupation du Japon par les forces américaines commencent en 1945. Mac Arthur est nommé gouverneur militaire. En 1949, la guerre de Corée se profile et les américains.

Le 15 avril 1949, les États-Unis impose au Japon un plan d’assainissement économique. C’est le plan Dodge. C’est le démantèlement des zaibatsus impliquées dans l’industrie de l’armement qui seront converties en industries civiles et techniques. Ces dernières profitent de l’enseignement américain pour la production de masse et le contrôle de qualité. Dans une société où règne une grande cohésion sociale, les travailleurs japonais se distinguent par leur grande productivité et leur respect de la hiérarchie,. Il faut également prendre en compte le fait que de nombreux ingénieurs travaillant pendant la Seconde Guerre mondiale dans le secteur militaire se sont ensuite reconvertis, et avec leurs qualifications, dans l’industrie civile (automobile, outillage industriel, électroménager, etc.).

La société qui avais pris le nom de Nippon Camera Works en 1948, devient, fin 1949, NICCA camera works et enfin de NICCA Camera Company, Ltd. La société fournit des boîtiers pour la société SEARS sous le nom de Tower et grava aussi des boîtiers au nom d’un gros magasins américain : Peerless. Ces derniers, produits en petites séries, sont très rares.  En 1958 la société est rachetée par Yashica qui fabriqua son premier 35mm télémétrique à objectif interchangeable : le YE.

Les Nicca sont les enfants asiatiques illégitimes de Leica. Exceptée légende et prestige, les NICCA n’ont pas rien à envier au matériel allemand. Ce sont de superbes copies du Leica III, mais limité au 1/500ème. Nous savons les japonais fidèles à leur réputation en matière de fiabilité. Ils ont don construit un boitier robuste et qualité, dont les finitions sont  de très haut niveau. Notons le fait que le Leica III fut un des modèles les plus copiéd, ce qui en fait une référence reconnue.

Ce modèle, sorti en 1949 est le second de la marque. Il fait suite à l’ « original », distribué un an plus tôt. La  mention « MADE IN OCCUPIED JAPAN » est gravée sur l’étrier de fermeture de la semelle.

La gravure du capot est ici : Nicca Nicca Camera Works. Ltd. a perdu la mention « Tokyo » qui suivait Ltd.

CARACTERISTIQUES :

  • 35 mm télémétrique à objectif interchangeable pour vues au format 24 x 36mm
  • Viseur et visée télémétrique séparées. Une correction dioptrique «  à la Leica » est présente sur la visée télémétrique. Celle-ci est claire et celle de mise au point est teintée de bleu, avec une grande image, ronde et rosée, parfaitement précise et contrastée. La douceur de la mise au point est parfaite. 
  • Obturateur à plan focal et translation des rideaux horizontalement. Celui-ci offre les vitesses rapides du 1/30ème au 1/500ème  + pose B,  sélectionnées grâce à une molette sur le capot et des vitesses lentes de la seconde au 1/20ème + pose T sur la molette frontale.
  • La progression n’est pas géométrique : 1, 2 ; 4, 8, 20, 30, 40, 60, 100, 200 et 1/500ème de seconde + T et B
  • L’armement + avancement du film et le rembobinage, se font par des molettes sur le capot.
  • Une griffe porte-accessoires est présente, avec système incorporé de correction de parallaxe automatique.
  • Pas de synchro flash
  • Un compteur mécanique de vues est situé à la base de la molette d’armement
  • La semelle s’ouvre grâce à une clé, «  à la Leica ». Seules les lettres « O » et « S » indiquent la position de l’étrier pour ouvrir ou fermer.
  • La monture est un 39 mm à vis au standard Leica

 

La plupart des objectifs possédant cette monture et la came télémétrique standard, peut être montée et garder la mise au point.

Certains magasins laissaient le choix de la marque de l’objectif au client. Il est avéré que des Nicca nus ont été vendus aux USA. Aussi, même si les optiques Nikkor sont les plus souvent rencontrées, des Steinheil, Canon, Topcon et même Leica,  peuvent l’être aussi.

Il est présenté ici avec un ancien et rare NIKKOR –S.1 : 1,4/5cm Nippon Kogaku Tokyo. Comme pour les boîtiers, la mention « Tokyo » disparaîtra rapidement en 1949.  C’était le plus rapide des standards Nikon montés sur les Nicca.

NICCA IIIpierremmanuel